Un matin du 14 février…

On se promet l’amour
A l’éternité
On s’est donné rendez-vous
A la réalité

Un matin du 14 février
Un sourire puissant levier
Au tremblement de nos voix
A l’épreuve de la foi

L’amour, géniteur du poète
Avec son épave de sensibleries
Nous a emballé d’euphorie

Rêveur un instant, pirouette
Puis après, que reste-t-il
C’était un amour futile.

JBEL Yaoundé, 14 février 2018

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s