Jockville…

Avec le même élan,
L’allure des grands
Jockville marche sur ses gardes
Dans ses pas ferrures, transparaît la garde
L’instinct des dieux aveuglés
L’avenir des vies envenimées;
Jockville, cette ombre de vent
Jockville, l’image d’un combattant
De ces villes derrière les montagnes
De ces rois déchus de leurs règnes
L’histoire sculptée dans leurs visages
Embourbés, méfiance et présage
Toutes ces lumières dans ces rues
Et ces fils de putes insensées
N’ont dans leur crâne que de vilaines pensées
Face contre terre, armes à la mains
Ils prient des dieux qui n’ont jamais vécu
Mais qui connaissent leur survie désormais
Jockville, l’horizon de tous les desseins
D’un jour qui paraît aux yeux, lointain
D’un navire qui enfin lève le voile
Pour une terre, une îlot, un val
Jockville, la ville de tous les rêves
Jockville, le rêve de toutes les trêves
Où se vivent les nuits obscures et sombres
Des espaces dépourvus de pénombres
Jockville, la reine des merveilles vermeilles
Le mal et le bon n’ont pas d’autant de goût
L’un dans l’autre, sans préavis, nous éveille
Jockville, le sourire n’a aucun coût,
Il n’a qu’un seul goût.

JBEL

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s