Vivre sans ou avec…

Si tu te trouves entre deux tours
Prends tes gardes, c’est dangereux
Le fer entre le marteau et l’enclume
L’un le mate, l’autre lui sert de support
Le fer perd sa forme et se déforme
Se transforme puis prend forme
Sous l’effort répété du fort forgeron
Mais avant d’aboutir à son nouveau confort
Il lui fallu laisser quelques plumes
Ce cher fer perfide, n’a mot à dire
Il se voit battre à tue-tête et
De sa langue rigide languissante
N’émet qu’un cris monotone pour se consoler
Il voudrait se défendre
Mais coincé dans la gueule de la tenaille
Malgré son cris haut et fort
Condamné, il a tort
Pauvre fer, c’est ton sort
Point de secours pour lui
Ni demain, ni aujourd’hui
Grand forgeron, dites-le lui
Un peu d’eau pour le rafraîchir
Puis reprennent les coups assénés
Ainsi va la vie, ainsi vit l’amour
Entre un fer et son maître
Un fer qui vit l’enfer
Le maître, une guerre à gagner
En amour, point de compassion
Comme en politique
Tous les coups sont possibles
Vivre sans ou avec, c’est impossible
Il faut trouver le juste milieu
Pour ne rien laisser échapper.

JBEL

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s