Je pense à l’OIF

L’Afrique souffre encore de beaucoup de maux
Seule elle n’aurait pas pu s’en sortir en un mot.
Certes, pour mieux grandir
Pour pouvoir se reconstruire
L’Afrique devrait s’unir
Mais à d’autres horizons également elle doit s’ouvrir.
Bien d’ailleurs, elle l’a déjà fait
Et les résultats s’expriment en des faits

Je pense à l’Organisation Internationale de la Francophonie
Celle qui fait de diverses contrées du monde une véritable symphonie.
Je pense à la France sans défiance
Qui de son mieux s’attèle à réduire la souffrance
Alliée du développement de l’Afrique aujourd’hui
Elle l’est de l’aube à minuit.
Grâce à une langue, des peuples du monde se transforment en un creuset
Unissant leurs forces pour réduire la misère au taquet.
Allergique à la guerre
Elle se veut héraut de la paix.
Je pense à l’Organisation Internationale de la Francophonie
Qui veille sans failli à l’harmonie
Transparence
Et bonne gouvernance
Telles sont pour elle les vecteurs d’une forte émergence.
Une émergence dont le futur repose sur la jeunesse ;
La génération porteuse d’espoir et de prouesses.

HOUNDJI Ulrich

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s