La colombe

Ma terre est un vaste gisement
Perdu entre deux hémisphères
Ma patrie est un riche segment
Où des enfants fuient l’enfer

Le bonheur est une culture
Dont les luttes déjouent la mouture
Le sourire est dans la terre
Avec quelques gouttes de prière

D’où viennent ces cris, ces fuites
Près de ressources gratuites ?
Pourquoi êtes-vous sombres
Près du Nil, du Victoria l’ombre ?

La joie est au bout des mains
Dont la sueur calme la soif et la faim
Vous fuyez des Chefs les venins
Vous souffrez de l’école les parchemins

Ô frères ! Songez à la méditerranée
A ces bras, ces cerveaux étoilés
Qu’elle a assassinés puis dévoilés
Ô sœurs ! Réanimez vos cœurs surannés

Déjà elle se répand
La voix qui soumet des fatalités au vent
Gloire à la Francophonie
Espoir d’une Afrique en harmonie
Où filles et garçons, civiles et dirigeants
Baignent dans le soleil levant.

AGBON Bona

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s