Des nuits blanches
Couché sur cette planche
Ces pensées, ces doutes
Pauvre de lui, c’était sans fautes
Des images sur ce mur
Des tortures qui tuent
La tortue qui s’est tue
Hélas ses efforts quotidiens!
Hélas ses pauvres soutiens!
Des rires sournois
Dans un cœur sans foi
Que reste-t-il de nous
Si nous perdons tout
La foi, l’espoir le sourire
Le courage, le zéphyr
L’espérance, la confiance
Et même la patience
Que reste-t-il alors
Si ce n’est que rage
Et rage, et rage
Pas de vous venger
Mais de tout arrêter
Des lignes fermées
Des signes pommés
Des faux billets
Des amours souillées
Des  »je t’aime » répétés
Des actes délibérés
Et enfin à découvert
Face à la réalité
Face à la vérité
En main un revolver
Pointé sur la tête du pauvre
Tel à le rendre pire poivre
Tel à rendre sa vie sombre
Il ne reste de lui que décombres
L’édifice, le mouroir
Où il l’abat dans le couloir
Lui diriez-vous, lève-toi
Après qu’il l’a abattu sans foi
Lui feriez-vous un procès
Pour un crime non prémédité
Que feriez-vous alors?

JBEL

index.jpg

 

Que feriez-vous alors?